Actualités

23 déc.

La pointe de la génétique au service de l’arthrose ! 

Asso - AFLAR, Marie - Rédactrice Recherche

La découverte de marqueurs permettant de suivre la progression de l’arthrose est un des enjeux majeur de la recherche sur cette maladie aujourd’hui. Dans ce sens, une équipe de chercheurs allemands a présenté une étude prometteuse lors du congrès de l’EULAR de juin 2014. Ils se sont intéressés à ce que l’on appelle les micro-ARN. Ce sont de petites molécules d’ARN non codantes capables de réguler l’expression des gènes et donc la production de protéines. De cette façon, ces petites molécules seraient capable d’influer sur le fonctionnement des cellules et à plus grande échelle des organes. 

Les chercheurs ont analysés les micro-ARN présents dans les échantillons de sang de 816 patients atteints d’arthrose débutante (cohorte de Bruneck). Un suivi régulier a été effectué durant 15 ans. Ils ont recherché la corrélation éventuelle entre la présence de certains micro-ARN spécifiques et la nécessité de recourir à la pose d’un prothèse de hanche ou de genou. Sachant que cette pose de prothèse est révélatrice du développement d’une arthrose sévère. 

Durant les 15 ans du suivi, 67 patients sur 816 ont eu recours à une pose de prothèse en raison de l’évolution de leur maladie. Sur les 400 micro-ARN testés, la présence et la concentration de 3 d’entre eux semblent associés à cet évènement et à ce durcissement de leur pathologie. Ces 3 micro-ARN pourraient donc être des marqueurs de choix pour le suivi du développement d’une arthrose sévère. 

Ces marqueurs de progression pourraient être d’un grand intérêt dans le développement de nouveau médicaments. En effet, tester l’efficacité d’une molécule thérapeutique implique de pouvoir mesurer son action sur la maladie. C’est exactement ce qui pourrait être fait avec une simple prise de sang et l’analyse de la concentration de ces micro-ARN. De même, ce protocole pourrait être utilisé pour le suivi de thérapies non-médicamenteuses et/ou physiques comme la perte de poids, la rééducation ou la pratique modérée d’un sport. 

Il faut cependant rester prudent car cette étude concerne seulement 816 patients. Avant toute chose, cette équipe devra confirmer ces résultats sur d’autres populations. D’autre part, cette étude n’a pas pour objectif de comprendre le rôle de ces micro-ARN dans l’arthrose, chose qu’il pourra être intéressant de suivre dans l’avenir. 


Source : 
European League Against Rheumatism (EULAR) Congress 2014. C. Beyer, A. Zampetaki, N.-Y. Lin, et coll. Résumé : Signature of circulating microRNAs in osteoarthritis. Abstract OP0003. Présenté le 11 juin 2014. 


Message validé par Asso - AFLAR, Marie - Rédactrice - Le 23 décembre 2014

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Règles applicables à ce micro-forum :
Modéré a posteriori, Il sera lu aléatoirement par les modérateurs tous les 2 jours au minimum. Toute utilisation de ce forum devra être faite avec respect et honnêteté que ce soit de la part des utilisateurs ou des modérateurs. Les modérateurs (et eux seuls) auront tout pouvoir (à discrétion) pour modérer ou effacer un message qu'ils jugeront inapproprié. Les participants à ce forum ne doivent pas être considérés comme des professionnels de santé. Réglementairement, aucun utilisateur ne pourra modifier son ou ses messages, s'il souhaite les faire supprimer, il devra s'adresser au modérateur par l'intermédiaire de ce formulaire. Vous vous engagez à ne diffuser que des informations qui sont vraies et correctes au vu de vos connaissances. De plus, vous n’êtes pas autorisé à publier de la publicité, de quelque nature qu'elle soit, sur ce site.

Derniers commentaires


Derniers billets