En savoir plus sur l’Arthrose

Mise à jour le 7/12/2012 , par Marie - Rédactrice

imprimer l'article

Qu’est-ce que l’Arthrose ?

L’arthrose est une maladie chronique qui touche le cartilage et son environnement, rendant les articulations douloureuses. C’est une affection dégénérative faisant partie du groupe des maladies rhumatismales. Elle s’accompagne d’une lésion des articulations sans inflammation, se traduisant anatomiquement par la destruction du cartilage et la production de tissu osseux supplémentaire.

JPEG - 110.2 ko

Pour mieux comprendre l’arthrose, nous allons commencer par mieux connaitre l’articulation normale pour ensuite comparer avec une articulation arthrosique. Différents signes ou symptômes permettent aux médecins de poser le diagnostic de l’arthrose. On peut distinguer les signes cliniques ou ressentis du patient (douleur et gêne fonctionnelle) et les signes morphologiques qui s’observent sur la radioscopie.

Sans arthrose

Une articulation normale, c’est ...

JPEG - 13.4 ko

En anatomie, une articulation est la jonction entre deux os. On distingue les articulations mobiles, c’est-à-dire les grandes articulations qui permettent des mouvements étendus (genou, cheville, coude, épaule, hanche, etc.), des articulations fixes (par exemple, le sacrum) ou semi-mobiles (par exemple, les vertèbres). Ce sont les articulations mobiles qui sont concernées par l’arthrose.

Elles sont constituées de plusieurs tissus aux fonctions complexes :

  • Le cartilage articulaire : C’est un tissu qui enveloppe l’extrémité des os appelée os sous-chondral.
  • La membrane synoviale : Elle a pour fonction de nourrir et lubrifier les surfaces articulaires en produisant une substance semblable au blanc d’œuf, le liquide synovial.
  • La capsule articulaire : C’est une membrane fibreuse qui entoure et délimite l’articulation. Sa face interne est tapissée par la membrane synoviale.

Avec arthrose

Une articulation arthrosique, c’est ...

JPEG - 10.3 ko

Le premier constituant touché par l’arthrose est le cartilage. On observe classiquement un amincissement pouvant aller jusqu’à la mise à nu de l’os voire sa fissure. On parle de chondropathie. Le cartilage n’étant ni vascularisé ni innervé cette lésion n’engendre pas directement de douleur.

L’os, ainsi fragilisé, va chercher à réparer les dégâts. Des néoformations osseuses peuvent alors se former pour compenser la perte de cartilage. Ses condensations osseuses sont aussi appelées ostéophytes ou bec de perroquet. L’os mis à nu peut également se fissurer et créer un trou que l’on appelle géode.

Enfin la membrane synoviale va s’inflammer et sécréter du liquide synovial en excès, créant ainsi un épanchement. Ce gonflement de l’articulation est caractéristique des poussées d’arthrose.

L’arthrose est dût à un déséquilibre entre formation et destruction du cartilage dont on ne connait pas encore les causes exactes. Cependant des facteurs de risques ont pu être identifiés.

Signes cliniques

Signes cliniques

Le diagnostic de l’arthrose est souvent simple et nécessite peu d’examens. Une simple visite chez le médecin suffit le plus souvent. Le patient donne une description de ses symptômes et le médecin réalise une observation et une manipulation de l’articulation touchée . Les deux principaux symptômes sont la douleur et la gêne fonctionnelle.

La douleur

JPEG - 77.7 ko

La douleur est le principal signe clinique de l’arthrose. Les médecins la décrivent comme mécanique et discontinue, autrement dit elle apparaît et s’aggrave avec l’effort et se calme au repos. Ainsi la douleur liée à l’arthrose est souvent absente la nuit. Elle peut apparaître lors du lever le matin, on parle alors de douleur de dérouillage, ou au bout d’un certain délai, on parle alors de douleur de fatigue. Elle évolue par crise sur un fond peu ou pas douloureux selon les personnes et les périodes.
Pour en savoir plus sur la douleur dans l’arthrose consulter notre article Douleur chronique

La gêne fonctionnelle
L’arthrose se caractérise par une raideur entraînant une diminution de la mobilité articulaire. La douleur joue en fait pour beaucoup dans la limitation des mouvements. L’articulation lésée peut parfois être gonflée et avec le temps elle peut se déformer. C’est surtout vrai pour la main et le genou. Ces déformations sont dût aux excroissances osseuses qui se forment avec le temps.

Tout comme pour la douleur, il existe des questionnaires permettant de mesurer la gêne fonctionnelle. Le principe de ces questionnaires est de poser une liste de questions relatives aux difficultés les plus fréquemment rencontrées par les patients arthrosiques dans leur vie quotidienne. Chaque réponse est quantifiée et la somme des réponses donne une idée du niveau de gène ressenti par le patient.

Signes morphologiques

Signes morphologiques

Le diagnostic de l’arthrose associe l’entretien avec le médecin exposant les symptômes ressentis par le patient, l’observation des articulations douloureuses et des examens radiologiques.

JPEG - 65.2 ko

La radiographie permet d’observer l’amincissement du cartilage dont la surface peut devenir irrégulière. Cette modification du cartilage gêne le mouvement de l’articulation et la rend douloureuse.

L’examen radiologique permet également de mettre en évidence et de mesurer le pincement articulaire, c’est-à-dire la diminution progressive de l’espace entre les deux os appelé interligne articulaire. L’importance de ce pincement est fonction de la gravité de la maladie.

Lorsque la perte de cartilage est complète les deux os se retrouvent en contact direct. Il peut alors se former des excroissances osseuses (ostéophytes) et/ou géodes (trou) et/ou condensation osseuse. Ces anomalies sont observables par radiographie.

Il n’existe pas de lien systématique entre l’atteinte radiologique et les sévérité des douleurs. Le médecin ne peut donc pas tenir compte de la simple observation radiologique pour définir le traitement.
D’autres examens existent (IRM, arthroscopie, scanner, scintigraphie osseuse, échographie) mais ils ne sont utilisés que dans des cas particuliers.

L’aggravation conjointe des symptômes et des signes radiologiques peut parfois dépister des formes de destruction rapide du cartilage. Une aggravation plus lente et constante amène aussi, dans des arthroses plus évoluées, à envisager à terme une modification du traitement voire une intervention chirurgicale.


L’arthrose n’est pas le fruit d’une simple usure de l’articulation !

C’est la mise en lumière du processus normal du vieillissement sur les constituants de l’articulation qui a permis de mettre en doute l’hypothèse selon laquelle l’arthrose serait le simple fruit d’un vieillissement précoce. Les scientifiques se sont rendus compte que l’effet de l’arthrose sur l’articulation était bien différent de celui d’une usure classique.

Avec le soutien institutionnel de

Logo de la Chaine thermale du Soleil Logo de Pierre Fabre