Actualités

16 déc.

Du neuf sur l’usage des biothérapies dans l’arthrose !

Asso - AFLAR, Marie - Rédactrice Traitements MédicauxDouleurActualités thérapeutiques, Biothérapies, Gonarthrose, Douleur

La révolution observée dans le traitement des rhumatismes inflammatoires grâce aux biothérapies donnait un espoir pour l’arthrose. Cependant les études réalisées avec les biothérapies anti-TNF ont été très décevantes. Plus récemment, l’espoir renaît suite à la publication d’études encourageantes sur l’utilisation des anti-NGF dans la gonarthrose et la coxarthrose.

Le facteur de croissance NGF pour Nerve Growth Factor ou facteur de croissance nerveuse a un rôle clef dans la transmission douloureuse. D’ailleurs, les niveaux de NGF sont élevés dans les états douloureux chroniques. Le tanezumab (TAZ) est un anticorps monoclonal inhibant le NGF qui pourrait donc théoriquement diminuer la transmission douloureuse.

Il y a un an, une équipe américaine a montré que le tanezumab était capable d’améliorer les douleurs dans la gonarthrose [1]. Cette même équipe a publié en juillet dernier les résultats d’une étude menée cette fois dans la coxarthrose sur 621 malades.

Il s’agit d’une recherche sur 32 semaines, comparant l’effet du tanezumab et d’un placebo sur le niveau de douleur et de capacité fonctionnelle chez des patients atteints de coxarthrose. L’objectif était de vérifier les propriétés analgésiques de ce traitement sur des patients atteints de douleurs modérées à sévères, intolérants ou résistants aux morphiniques.

Les résultats montrent une amélioration significative de l’état des patients dès 16 semaines de traitement comparé au placebo. Cette molécule pourrait donc être utilisée en thérapie antalgique en cas d’échec des traitements anti-douleurs classiques.


Source : Brown MT et coll. : Tanezumab Reduces Osteoarthritic Hip Pain : Results of a Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Phase III Trial. Arthritis Rheum. 2013 Jul ; 65 (7) : 1795-803.


[1Brown MT et coll. : Tanezumab reduces osteoarthritic knee pain : results of a randomized, double-blind, placebo-controlled phase III trial. J Pain. 2012 Aug ;13(8):790-8.


Message validé par Asso - AFLAR, Marie - Rédactrice - Le 16 décembre 2013

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Règles applicables à ce micro-forum :
Modéré a posteriori, Il sera lu aléatoirement par les modérateurs tous les 2 jours au minimum. Toute utilisation de ce forum devra être faite avec respect et honnêteté que ce soit de la part des utilisateurs ou des modérateurs. Les modérateurs (et eux seuls) auront tout pouvoir (à discrétion) pour modérer ou effacer un message qu'ils jugeront inapproprié. Les participants à ce forum ne doivent pas être considérés comme des professionnels de santé. Réglementairement, aucun utilisateur ne pourra modifier son ou ses messages, s'il souhaite les faire supprimer, il devra s'adresser au modérateur par l'intermédiaire de ce formulaire. Vous vous engagez à ne diffuser que des informations qui sont vraies et correctes au vu de vos connaissances. De plus, vous n’êtes pas autorisé à publier de la publicité, de quelque nature qu'elle soit, sur ce site.

Derniers commentaires


Derniers billets