Infos #

Infos #

JOURNÉE MONDIALE DE L’ARTHROSE "L’AFLAR ET IBSA PHARMA S’ENGAGE CONTRE L’ARTHROSE"
Maladie dégénérative des articulations, l’arthrose touche plus 500 millions de personnes dans le monde dont 12 millions de Français. À l’occasion de la Journée Mondiale de l’Arthrose, il est temps de parler de la maladie dont la prévalence ne cesse de croitre…
L’ARTHROSE, UN PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LARGEMENT SOUS-ESTIMÉ EN FRANCE.

Premier motif de consultation médicale après les maladies cardio-vasculaires, maladie articulaire la plus fréquente, sachant qu’1 patient sur 3 souffrent de symptômes dès 40 ans, seconde cause d’invalidité, elle touche deux fois plus de femmes que d’hommes. L’arthrose représente une sérieuse menace pour le système de santé en termes de coûts liés. On estime en effet que l’arthrose représente 1 à 5 % du produit intérieur brut (PIB) des pays industrialisés.

La vraie vie et la vraie souffrance de patients arthrosiques ? Est-ce que nous avons une idée du parcours des patients souffrant de douleur chronique arthrosique ?

Un parcours complexe, long, difficile à vivre et à gérer pour des patients qui manquent souvent d’informations et présentent des besoins insatisfaits. Selon l’Inserm, L’arthrose la plus fréquente serait l’arthrose de la colonne vertébrale. Viendrait ensuite l’arthrose des doigts, puis celle des genoux et enfin celle de la hanche.

L’arthrose provoque des douleurs et affecte directement la mobilité et l’autonomie des personnes touchées. Fatigue, déclin de la santé physique et mentale mais aussi changements des habitudes sociales ou familiales, les conséquences de la maladie sont lourdes.

En plus de cet impact du quotidien, il faut savoir que l’arthrose est un facteur de risque de comorbidités cardiovasculaires, hypertension, atteinte du cœur, diabète de type II, sont des complications possibles qui viennent réduire l’espérance de vie des patients. Oui l’arthrose provoque tout ceci mais ce n’est pas une fatalité, diagnostiqué à temps et prise en charge rapidement elle peut être limité/contrôlée ?

Au fait, c’est quoi une articulation ? Notre corps comporte près de quatre cents articulations ! Le cartilage est composé d’eau pour 70 à 80 % et d’un maillage de fibres et protéines. Les fibres de collagène donnent au cartilage sa solidité et sa résistance.

L’acide hyaluronique assure avec le liquide synovial, liquide visqueux, le glissement des os s’effectue sans contrainte et facilite ainsi la mobilité.

Les chondrocytes, cellules spécialisées, renouvèlent le cartilage en produisant ces fibres de collagène et la chondroïtine, qui est considérée pouvant soulager les douleurs causées par l’arthrose légère ou modéré et pouvant ralentir l’évolution de la maladie.

Des rouages articulaires à mieux protéger et à soigner pour la qualité de vie !

L’association de moyens non pharmacologiques et de moyens pharmacologiques (des médicaments), représentent la prise en charge établie à l’échelon international ou européen. Les traitements combinés doivent être adaptés au cas particulier et aux désidératas des patients.

Garder une activité physique en l’adaptant aux douleurs :

Une bonne hygiène de vie avec des activités physiques adaptées ralentit la progression de l’arthrose. Trouver le bon compromis entre activité physique, effort et douleurs est la clef pour bouger et améliorer son état.

Les sports comme la marche, le Tai-chi, la natation, l’aquabike, le yoga, mais aussi la marche et la marche nordique, la randonnée, le vélo, sont vos meilleurs alliés pour atténuer les douleurs et prévenir l’évolution de la maladie.

Perdre du poids pour soulager les articulations des genoux.

Le surpoids aggrave l’évolution de l’arthrose du genou. Une perte de poids lorsqu’elle est nécessaire est toujours bénéfique, une diminution de 10% du poids permettrait de réduire de 30 à 50% des douleurs d’arthrose.

Prendre des médicaments pour soulager les douleurs et gagner en souplesse si les mesures hygiéno-diététiques ne suffisent pas :

Un traitement médicamenteux peut soulager la douleur lors des poussées inflammatoires d’arthrose : le paracétamol est utilisé en première intention et, s’il n’est pas efficace, les anti-inflammatoires non stéroïdiens sur une courte durée et à la dose minimale efficace peuvent être utilisés.

Les infiltrations de corticoïdes dans l’articulation peuvent agir sur la douleur et sont remboursés par l’Assurance Maladie., ainsi que les injections d’acide hyaluronique pour "lubrifier" l’intérieur de l’articulation sont également possibles mais ne sont pas remboursées par l’Assurance Maladie.

PHOTO infiltration dans le genou

Que penser des antis arthrosiques symptomatiques d’action lente ? Ces médicaments, dits également AASALs (anti-arthrosiques symptomatiques d’action lente) que sont la chondroïtine sulfate, la diacerhéine, la glucosamine et les extraits d’avocat et de soja, permettent de diminuer l’intensité des douleurs et d’améliorer la mobilité.

Leur action est différée et il faut attendre quelques semaines de traitement pour juger de leur efficacité, ils ont également un effet rémanent sur plusieurs mois après leur arrêt. Ils ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie. Selon les différentes écoles d’experts, la valeur accordée à ces médicaments varie, ils présentent cependant l’avantage d’être bien tolérés.

En cas d’arthrose douloureuse, ces médicaments peuvent être pris en même temps que les antalgiques et/ou les anti-inflammatoires. Certaines études indiquent que ces médicaments pourraient permettre de diminuer la quantité d’antalgiques et/ou d’anti-inflammatoires nécessaires au traitement du patient (et ainsi réduire la fréquence des possibles effets indésirables digestifs des anti-inflammatoires), ces critères restent cependant secondaires et des travaux doivent être poursuivis pour le confirmer.

L’ARTHROSE SE SOIGNE

En cas de de gène articulaire, de douleur, n’attendez pas, consultez votre médecin ou votre pharmacien !

"si vous voulez témoigner, contactez l’AFLAR Association Française de Lutte Antirhumatismale "

Des besoins insatisfaits ! Les patients atteints d’arthrose témoignent ! Je manque de connaissances sur la pathologie Je ne pense pas forcément à l’arthrose tout de suite On me parle d’arthrose, je sais juste que c’est une maladie qui touche les personnes âgées, donc ce n’est pas possible pour moi je suis trop jeune Je me sens frustré, j’ai un diagnostic mais pas de solution Je suis un peu soulagé, les crises s’espacent mais ne disparaissent pas J’ai l’espoir d’avoir un traitement et de retrouver ma vie normale Je me sens seul et sans aide J’ai compris que j’allais devoir composer avec l’arthrose jusqu’à la fin de ma vie

Le Pen C, et al. Les conséquences socioéconomiques de l’arthrose en France. Étude COART France. Rev Rhum 2005 ;72:1326-30. Le Pen C, et al. Les conséquences socioéconomiques de l’arthrose en France. Étude COART France. Rev Rhum 2005 ;72:1326-30. Grange L. Résultats de l’enquête « STOP ARTHROSE 2020. https://www.aflar.org/resultats-de-l-enquete-stop-arthrose Bertin P et al. Annual Cost of Patients with Osteoarthritis of the Hip and Knee in France. Journal Of Musculoskeletal Pain 2014 ;Early Online : 1–9 J. Puig-Junoy et al. Semin Arthritis Rheum, 2015, 44(5) 531-541

Avec le soutien institutionnel de IBSA

Le prix de la recherche Aflar

En 2012, suite à la réception d’un legs important dédié à la recherche sur l’arthrose, l’AFLAR commencera à distribuer des bourses de recherche pour encourager les (...)

En savoir plus

Rejoignez notre combat

Puisque l’arthrose touche plus de 10 millions de personnes en France, dites Non à la fatalité et soutenez les actions de l’Aflar pour améliorer la prise en charge des patients (...)

En savoir plus

Documents à télécharger

l'un des documents à télécharger

La Douleur et l’Observance de son traitement, parlons-en...
Cette brochure rappelle les enjeux de l’observance (...)

En savoir plus

Actualités

9 avril 2024AVANÇONS ENSEMBLE SUR LES DOULEURS LIÉES AUX RHUMATISMES Questionnaire à destination de personnes concernées par les maladies rhumatismales pour (...)

En savoir plus